FOCUS : Tome 1 – Autre-Monde – Maxime Chattam

Résumé : New York, de nos jours. Matt et Tobias sont amis depuis l’enfance, grands amateurs de jeux de rôles, de jeux vidéos. Mais ce qui leur arrive est bien réel. New York est balayée par une tempête sans précédent. Des éclairs bleus fouillent les immeubles ne laissant des humains que leurs vêtements ou les transformant en mutants répugnants. Matt et Tobias arrivent à fuir sur une île et rejoignent une communauté d’enfants épargnés. Ils sont 77, de 9 à 17 ans, se dénomment les « Pans » et s’organisent pour survivre. Leurs ennemis sont les monstres « Gloutons » et les « Cyniks » humains violents et perfides, des adultes qui se sont transformés. Les enfants survivants ont développé des dons surnaturels, faire jaillir le feu, créer de l’électricité. Avec Ambre, Matt et Tobias vont former l’alliance des trois et essayer de comprendre et utiliser leur nouvelle nature. Comprendre aussi l’attitude étrange de certains membres de la communauté.

autre monde

Note personnelle : ★ ★ ★ ★

Avis : Nous découvrons dans les premières pages, un adolescent perturbé par la séparation de ses parents. Matt, d’après Tobias, son jeune ami scout, a totalement changé de comportement. L’adolescent ne reste pas longtemps au cœur de ses préoccupations, car des phénomènes étranges ponctuent leurs journées.

Avant de continuer de vous parler de l’histoire, j’aimerais faire une petite parenthèse sur le côté geek de nos deux premiers personnages principaux. Si ces références du début des années 2000 ne parlent pas à tout le monde, elles m’ont tout de même arraché un sourire : World of Warcraft, Oblivion, le Seigneur des Anneaux, et le logiciel MSN… J’imagine parfaitement notre auteur dégommer quelques kobolds avant de retourner à l’écriture d’Autre-Monde. Et vous ? Autre parenthèse. Vous savez tous que notre auteur est né en région parisienne, pourtant, l’histoire se déroule, au début en tout cas, à New-york ! Belle surprise Monsieur Chattam !

La première partie, La Tempête ! Qui arrive très vite sur la ville. Nous avons à peine le temps de découvrir Matt que son monde explose sous nos yeux. D’abord, il y a l’électricité qui disparaît, puis la neige, ensuite ces éclairs qui semblent fouiller les buildings, les fenêtres qui explosent et voilà que notre héros se réveille seul dans l’appartement familial. Il entreprend de rejoindre Tobias. Lorsqu’il le retrouve, les deux garçons décident de chercher d’aide en ville. Tout s’enchaîne très vite, à tel point qu’il est difficile de poser le livre… Les dangers et mauvaises surprises se succèdent : les adultes mutants, un mur orageux qui les poursuit dans Central Park, vient ensuite ce que Matt va nommer les échassiers (de vilaines bestioles très grandes, maigres, portant un manteau à capuche noir, avec deux faisceaux lumineux à la place des yeux). C’est d’ailleurs en se cachant d’eux que le jeune homme découvre qu’Il est à sa recherche et qu’Il a peur que Matt soit déjà dans le sud. Cette découverte les incite à partir dans cette direction, où ils seront confrontés à d’autres dangers, tel que ce tunnel inondé, plongé dans l’obscurité où ils vont croiser une créature aquatique inamicale. Le duo rencontre également un, ou plutôt une nouvelle alliée, qui n’est autre qu’une chienne qu’ils vont nommer Plume. L’un de mes personnages préféré ainsi soit dit en passant.

Lors d’un affrontement contre un adulte, Matt frôle la mort et reste cinq mois dans le coma durant lequel se présente à lui le fameux « Il« , le Raupéroden. La seconde partie, commence à son réveil, le jeune homme découvre sa nouvelle communauté, les Pans. Il apprend aussi l’existence de deux clans chez les adultes, celui des Gloutons, mutants mi-sharpei mi-crapaud, celui des Cyniks, ceux qui n’ont pas muté mais ils sont sous l’emprise de la haine et sont perfides. Ces derniers enlèvent les Pans, les amènent au sud, là où le ciel est rouge écarlate. Une quatrième alliée, humaine cette fois, apparaît. Il s’agit d’Ambre. Vous me voyez venir, n’est-ce pas ? Je suis obligée de comparer ce trio à celui créé par la célèbre J. K. Rowling. Le trio, mais pas que ! Le couple qui n’a jamais existé dans Harry Potter, va-t-il se créer dans Autre-Monde ? Je parle bien du couple « Harry & Hermione » qui était probablement voué à exister mais qui est finalement mort dans l’œuf, au profit de ceux que nous connaissons. Revenons à l’histoire. Matt découvre le système mis en place par les Pans, tout en se remettant de ce long coma. Ambre quant à elle, leur dévoile l’existence d’une mutation chez les adolescents. Altération, c’est le nom qu’elle donne à ces « pouvoirs ». La jeune fille semble en avoir un : la télékinésie. Matt se voit octroyer une force anormale. D’autres Pans développent également ces « pouvoirs », qui semblent liés à un des quatre éléments, le feu, l’eau, l’air, la terre et qui leur viendrait d’un manque à combler ou d’un besoin lié à une tâche fréquemment exécutée.

L’histoire se poursuit, apparaissent les Longs Marcheurs, des Pans de 16 ans minimum, qui parcourent le nouveau monde pour partager les connaissances et nouvelles des autres communautés panesques. Le premier que Matt rencontre, arrive avec de mauvaises nouvelles. Des traîtres se cachent dans les regroupements. Plusieurs communautés en ont fait les frais. C’est alors que le trio, désormais nommés l’Alliance des Trois, se met en tête d’enquêter. Très vite, leurs soupçons se portent sur Doug et Claudia, et les mènent également au septième manoir, celui qui est hanté, où ils tombent sur… Un Minotaure ! Rassurez-vous, celui n’est qu’un déguisement, idée qui vient des Pans de la bande de Doug. Nous apprenons dans cette troisième partie, qu’un adulte est en fait le secret qu’ils voulaient garder en effrayant les autres. Un adulte qui grâce à un fait rarissime n’a subit aucune mutation. Le mystère élucidé, le trio cherche alors à découvrir l’identité du vrai traître, celui qui apporte son aide aux Cyniks. Ils le trouvent, en élaborant un plan astucieux… S’en suit une bataille épique contre les adultes, dont les Pans ressortent triomphants. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais l’un des Longs Marcheurs apporte un message à Matt, un avis de recherche : le sien. Une Reine qui contrôle les Cyniks à besoin de cet adolescent. Le premier tome se termine sur une attaque du Raupéroden contre le pauvre Long Marcheur Franklin, qui sous la torture dévoile la direction empruntée par l’Alliance des Trois.

Vous l’avez compris, outre le fait que ce roman est une aventure post-apocalyptique à l’influence Tolkienne, l’auteur aborde un sujet important et toujours d’actualité : la pollution. La destruction de la Terre par les Hommes. Derrière ces histoires de monstres, d’armes et d’amitié (ne négligeons pas l’amitié), ce roman nous pousse à réfléchir sur nos habitudes de consommation et de vie. Car l’un des traits de caractère de notre héros Matt c’est qu’il tient en horreur la violence. Certes, l’explication semblait plus axée sur la surexploitation des ressources, mais à plusieurs reprises, les guerres ont été évoquées dans ce premier tome. Je ne sais pas encore ce qui nous attend dans le prochain, j’ai hâte de savoir alors… Je vous laisse pour aller découvrir le voyage de l’Alliance des Trois vers un sud au ciel rouge !

Anecdote : Lu dans le cadre du Magical Summer Challenge 2019, menu « Rainbow Sparkle » catégorie « Starlight »… Mais MAGICAL SUMMER CHALLENGEcomme j’ai mis trop de temps à écrire l’article, j’ai tout oublié… Je l’ai relu pour avoir l’histoire en tête car les tomes 2 et 3 sont dans ma PAL du Pumpkin Autumn Challenge 2020, et pour pouvoir écrire cet article également.

Bonne lecture ! Signé C.

Les Nains – Markus Heitz [saga]

Résumé : Lorsque s’effondre le passage de Pierre que les Nains gardaient depuis toujours, Orcs et Ogres déferlent sur le Pays Sûr. C’est le jeune Nain Tungdil qui donne l’alerte. Envoyé en mission par son père adoptif, le Mage Lot-Ionan, il découvre l’armée qui avance sur le pays. À la tête de cette force d’invasion, les Albes, êtres cruels et maléfiques, ont le pouvoir de ramener les morts à la vie. Tungdil n’a pas d’autre choix : s’il veut sauver Hommes, Elfes, Mages et Nains du péril imminent, il doit devenir un héros.

Les nains.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ★

Avis : En un mot, épique ! J’ai longtemps délaissé le premier tome, puis finalement après avoir lu beaucoup de commentaires positifs, j’ai commencé à le lire… Et ça a été très dur de le lâcher. J’ai eu envie d’acheter le deuxième tome dans la seconde pour pouvoir continuer. La découverte des challenges m’a fait repousser la lecture du second tome pour l’inclure dans ma PAL du #ColdWinterChallenge 2018. Ce que je ne regrette pas, au contraire, je pense qu’attendre un peu m’a donné une meilleure expérience encore que si je l’avais lu dans la foulé. Il me marque plus dans ces conditions.

Il y a cinq séries sur le thème des nains de Markus Heitz, de deux tomes à chaque fois. Les Nains, La guerre des Nains, La revanche des nains… Bref, je pense créer un Challenge spécialement pour eux, auquel vous pourrez participer avec grand plaisir. (Mise à jour de l’article, chers amis, le challenge est bien sorti, vous pourrez le trouver juste ici 🍻).

Ce sont de très bons romans high fantasy. Tungdil le personnage principal, qui est un nain (étrange n’est-ce pas ?), grandit avec des humains appelés les « longs-sur-pattes » par les nains d’ailleurs, qui sont eux-mêmes appelés les « troglodytes » par les humains (je vous laisse consulter la définition du dictionnaire Larousse, clic), qui est envoyé en mission, et rencontre d’autres nains.

Avec beaucoup d’humour et d’émotions on suit ce petit groupe de nains, jusque dans leur royaume. Il s’avère finalement que tout le continent (Le Pays Sûr) est grandement menacé par une force obscure. L’histoire est bien construite, on voit cette menace naître et grandir. Dans le second tome c’est la quête pour forger l’arme capable d’anéantir la menace. Un petit groupe constitué uniquement de nains (au début) s’en va donc chercher l’endroit où fabriquer l’arme (j’essaye de rester vague).

Honnêtement, on pleure et on rigole. Les répliques sont hilarantes. C’est ce qui me marque le plus dans ce roman. Certes il y a la guerre, c’est pas le joli monde des bisounours (je n’ai jamais regardé mais je m’en sers quand même de référence), mais l’humour de l’auteur apporte quelque chose de léger. J’adore la personnalité des nains, leur loyauté, leur fierté, leur détermination et leur force aussi. C’est un peuple extrêmement attachant. Bien entendu je conseille plus que vivement ces romans ! 🍻📚

COLD WINTER CHALLENGEAnecdote : Tome 2 lu pour le #ColdWinterChallenge 2018, menu « Flocons magiques ». ❄ Je vous suggère d’écouter aussi le « main title » d’Hearthstone lorsqu’il y a des passages dans des tavernes. Immersion garantie ! 🍻🍻🍻 La musique ici.

Bonne lecture ! Signé C.

La conjuration primitive – Maxime Chattam

Résumé : Les enquêteurs les surnomment La Bête et Le Fantôme… Si les meurtres qu’ils commettent ne se ressemblent pas, leur sauvagerie est comparable. Et que penser de cette mystérieuse signature commune – * e – qui écarte la piste de serial killers isolés ? Les tueurs se connaissent-ils ? Mais bientôt, La Bête et Le Fantôme ne sont plus seuls. Les crimes atroces se multiplient, d’abord en France, puis à travers l’Europe tout entière. La prédation à l’état brut. Une compétition dans l’horreur… Pour tenter d’enrayer cette épidémie, et essayer de comprendre : une brigade pas tout à fait comme les autres, épaulée par un célèbre profiler.

La conjuration primitive.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★

Avis : Ce roman fait parti d’une saga : « Ludivine Vancker ». Je ne présente pas les deux autres romans, parce que « La patience du diable » ne m’a pas énormément touché et que je n’ai pas encore lu « L’appel du Néant ». Je conseille de lire éventuellement une autre saga avant celle-ci, « Le cycle de l’homme et de la vérité », composée de trois autres romans qui sont très bons. Je ferais peut-être un article sur ces romans aussi.

Pour parler de « Conjuration primitive », je trouve toujours le début un peu lent, c’est assez récurrent il me semble dans les romans de Chattam. Cela dit il n’a plus à faire ses preuves, il sort des chef-d’œuvres. Il est doué, et surtout, il se documente énormément avant d’écrire. Tout ça se ressent pendant la lecture.

Il a un style bien à lui, assez violent, avec des descriptions qui me font pâlir tant elles sont détaillées, mais surtout ce qui me glace le sang, c’est qu’il est très proche de la vérité dans ses livres. On est mal à l’aise parce que ça pourrait arriver. Ce n’est jamais « irréel ». On peut comparer avec Brussolo que j’adore mais qui frôle la science-fiction parfois, Chattam lui, c’est très proche de la réalité. C’est ce qui est fascinant dans ses romans et c’est sûrement son vrai point fort. Le petit point faible, ce qui fait que ce n’est pas un coup de cœur, c’est les personnages, toujours abîmés par la vie, c’est un peu classique en fait.

Anecdote : Je l’ai lu deux fois, une première parce que j’aime bien Chattam, il est très présent dans ma bibliothèque. Puis une seconde fois parce que je participe au #BabyChallengeThriller de Livraddict 2018 et que la saga de Ludivine Vancker est proposée. 🙂📘

Bonne lecture ! Signé C.

Merlin – T. A. Barron [saga]

Résumé : Rejeté par l’océan, un garçon s’éveille sur une plage du pays de Galles. Il ne se souvient de rien, ni de son nom, ni de sa famille. Mais il est déterminé à découvrir qui il est – et d’où lui viennent ses mystérieux pouvoirs. Ses pas le mènent vers une île enchantée, une terre étrange dont le destin est étroitement lié au sien…

Merlin.png

Note personnelle : ★ ★ ★ ★ ☆

Avis : J’ai vu beaucoup d’avis positif mais qui déplorait le début trop lent. Je n’ai pas ressenti la même chose en lisant ce roman. Il me fait penser à « Taram et le chaudron magique » , à cause probablement des personnages, un garçon courageux, une jeune fille au caractère bien trempé, un compagnon attachant… Je ne peux pas me permettre d’en dire plus au risque de spoiler le livre, ce qui m’embêterait franchement.

Je l’ai trouvé très doux et très cruel à la fois ce livre. Il est dans la catégorie « jeunesse » mais je ne sais pas si c’est vraiment une bonne idée de le laisser entre de jeunes mains. Il y a de très belles choses : du respect pour la vie, de l’amour maternel, du courage aussi que l’auteur a donné à Merlin, il y a des paysages magnifiques, de l’action. Dans l’ensemble c’est une réussite.

En fait, je ne sais pas ce que je peux lui reprocher à ce livre. Excepté la tendinite due au format (#QuandTuAsDesPoignetsEnCarton), mais il existe en format poche aux éditions PKJ. J’ai particulièrement aimé le personnage Shim, que j’ai trouvé vraiment touchant et attachant. Peut-être parce qu’il me faisait parfois penser à Gurki (Shim n’est pas un animal, alors… Mais Gurki parle, alors…). Et bien entendu j’ai aimé Fléau, le faucon de Merlin, qui est un personnage pas si secondaire que ça. Je n’ai rien de plus à dire, si ce n’est que je vais devoir me procurer la suite. 📚😂

Quelques extraits du livre :

« Les histoires ont besoin de foi, pas de faits. »

« Parfois, lorsque je me plongeais dans ces textes, mes problèmes s’évanouissaient. Je ne faisais plus qu’un avec les mots. Les actions, les couleurs et les visages m’apparaissaient avec une vivacité et une précision étonnantes. J’ai fini par comprendre à quel point les livres avaient quelque chose de miraculeux. »

« … nous passions des nuits à parler de ces lieux extraordinaires où des mortels côtoient des immortels. Où le temps s’écoule en ligne et en cercle à la fois. Où le temps sacré et le temps historique existent ensemble. »

PUMPKIN AUTUMN CHALLENGEAnecdote : Roman lu pour le #PumpkinAutumnChallenge 2018 dans la catégorie « automne enchanteur », sous-catégorie « Au détour de Brocéliande (nature, légende, nature writing) ». 🧙‍♂️

Bonne lecture ! Signé C.